:

Ibarra: la "ciudad blanca" est une ville faite pour  flâner, elle est plate comme la terre d'avant Copernic raison pour laquelle  les églises s'y répandent avec joie. Beauté des édifices et parcs ombragés des quartiers anciens évoquent les temps anterieurs au terremoto de 1868.

         Le mercado Amazonas est un bonheur pour les yeux, certaines gargotes y servent des almuerzos corrects , le marché comprend de nombreux secteurs s'étendant entre le terminal terrestre et l' avenue "Sanchez y Cifuentes".                

 

Un secteur de comédors a récemment été rénové, pas le second.... 
 

Pour celles et ceux qui ont encore un petit creux, voici quelques  adresses choisies . Toutes très abordables on y grignote sans y risquer sa santé ou son porte monnaie.

"La cassona": un beau patio intérieur sur la calle Bolivar coté parque de la Merced. Almuerzo connu des Ibarrenos, pas de mauvaise musique tonitruante.

Le "café Pushkin", fondé il y a pas mal de temps par un Italien (demandez à Bécaud moi je renonce), tenu aujourd'hui par une sympathique mama Equatorienne, bons petits déjeuners, fréquenté par les administativos du coin. Salle reposante, journaux.Calle Oviedo coté parcs.

Une frutéria presque sur la calle Bolivar, en face du banco de Pichincha, à 2 cuadras du marché.

Café pasado, empanadas Chilénas y ensalada de frutas. Journaux du jour sur les tables!

 

Les meilleurs glaces d'Ibarra et pâtisseries dignes de ce nom mais dans un lieu détestable: le centre commercial "la plaza" à l'entrée de la ville. Pour les grands enfants:

poulet-frites (s'il en faut vraiment un...)Patio impressionnant, on mange avec les doigts! les gants sont fournis, le samedi: match de catch sur écran géant, ambiance Equatorienne!

calle oviedo y Velasco

La Esquina: bien sur à l'angle du parque de la Merced. Bonnes glaces, humitas et quimbolitos, café à la machine quand elle fonctionne. Bondé le dimanche

Le coup de l'étrier peut se prendre au Candil : une vieille baraque incroyable nichée au fond du quartier de "l'alpargate", après le cimetière. Pendant des décennies, la grand mère a ramassé ce que d'autres jetaient pour en décorer son antre. Un petit fils y expose ses tableaux.

       On peut y manger les soirs en fin de semaine, mais attention c'est souvent fermé en milieu de journée. le lieu est attachant, un peu à la manière de "los siete Santos" à Guaranda...

 

En repartant vers la gare et l'autoferro......

Les fraises de San Pablo: énormes et sans saveur: modernes! Port de cornes à l'épaule: coutume locale? Exposition des sculpteurs de San Antonio de Ibarra
     
La gare de l'autoferro rénovée avec librairie, cafeteria, bureau de poste et parfois un train! Attention! depuis le terminal terrestre (autobus), le premier bâtiment des chemins de fer que l'on rencontre ce sont les ateliers(tallers), la gare est un peu plus loin. La réfection de la ligne Ibarra-San -Lorenzo est en cours, il sera bientôt à nouveau possible de rejoindre l'océan Pacifique en train comme à l'époque d'Eloy Alfaro!
   

 

 

Retour haut de la page