:

 

les premières adobes sont pour la niche des chiens, le lama manifeste son désaccord.

Le terrain et la maisonnette sont abandonnés depuis plus de 3 ans lorsque nous débarquons de la " Casa Quilago".

Première surprise: au décaissement  le tractopelle peine à entamer la couche de cangahua ( rejets volcaniques sédimentés) dure comme du caillou! (épaisseur: 1m50).

Plus haut, dans le futur jardin, on attaque les plantations à la barre à mine...

Les briques d'adobe sont confectionnées au village même de Cahuasqui, leur qualité est recherchée car la terre du lieu leur confère une résistance remarquable. Elles seront assemblées avec un mortier de même nature.

 

Montage des premières colonnes en Décembre 2008

Auto construction des bâtiments

Crumch: éprise de la brouette de lodo.

L'armature est constituée de lames de chonta: palmier de culture poussant sur la cote Equatorienne. Les murs sont aussi renforcés horizontalement avec des barres du même matériau tous les 60 cm.

la fondation en béton de chaque colonne , descend sur 80 cm dans la couche de cangahua. Les adobes sont ensuite maçonnées autour de l'armature avec de la boue , le cœur est lui aussi rempli de boue tassée.

                      

           

ouf ! la terre crue est au sec.

De G à D: salle, chambres, cuisine et sdb camping

circulations cimentées entre les bâtiments.

les enduits sont aussi à base de terre et sable (+7% ciment)

          

le puit devant: c'est un barbecue!

Après 1 an passé dans la poussière,

la saison des pluies a enfin fait pousser l'herbe

entrée de la salle commune.(Septembre 2010)

 

 

Remise en culture du terrain

 

En friche depuis plusieurs  années, le terrain est à peu prés exempt de toute la chimie déversée généreusement sur les cultures du voisinage,  par contre la cangahua omniprésente ne laisse en surface  à certains endroits que 20 cm de terre arable particulièrement pauvre en matière organique...

Deux ans plus tard, agrumes, goyaviers, vigne, pommiers, taxos et granadillas commencent à prendre leur place grâce à la merveille du lieu: l'irrigation.

La fumure est apportée par les lamas qui se multiplient...

Retour haut de la page